Parce que l’agilité à l’échelle est l’un des enjeux cruciaux des grandes organisations, nous avons interrogé quatre experts afin de constituer un ebook, permettant de comprendre les apports de l’agilité à l’échelle et SAFe. L’article suivant est un extrait de cet ebook et nous permet de comprendre comment faire de l’agilité à l’échelle avec des équipes distribuées.

e-book agilité à l'échelle

jean-claude delagrange coach agile
Jean-Claude DELAGRANGE, coach agile

On renforce la qualité du lien entre les équipes

Dans des structures décentralisées sur plusieurs sites, même séparées par quelques stations de métro/tram/bus, l’organisation de l’agilité à l’échelle doit composer avec une contrainte supplémentaire d’éloignement qui pèse sur une des principales valeurs de l’agilité : le « travailler ensemble. »

L’éloignement peut être entre membres de l’équipe (ex : développeurs et maîtrise d’ouvrage, équipes et utilisateurs), ou entre équipes.

Si on y ajoute une relation de sous-traitance, souvent avec une équipe de développement, on ajoute une contrainte contractuelle qui, si elle n’a pas été prévue à la signature, devra être traitée comme un risque supplémentaire.

Il est indispensable de mettre en place le plus tôt possible des cérémonies qui réunissent tout le monde une fois tous les 1 ou 2 sprints (revue et rétrospective typiquement), pour tester l’organisation des rôles, favoriser les retours d’expérience et les influences croisées (SAFe ne préconise des PI Planning que tous les 3 à 5 Sprints) ; les premières sont un vaste bazar mais il faut persévérer.

C’est tout là l’importance d’une logistique et des outils dédiés, sous une responsabilité identifiée :

  • Des outils de communication pour des visio-conférences, des outils de partage d’information (Wiki, gestion de projet), d’animation virtuelle (beekast…) ;
  • Des salles de réunions dédiées et équipées de Visio / grand écran complétées par des équipements individuels ;
  • La disponibilité d’un grand espace pour les revues ;
  • Un outil de partage des backlogs de type Tuleap ou autre.

Il faudra porter une attention particulière sur la qualité des liens entre équipes, sur l’accompagnement des personnes assurant un rôle transverse. C’est pourquoi l’alternance visio-présentiel est à organiser finement.

Alexandre Cuva coach agile
Alexandre CUVA, coach agile et dirigeant de SoCraAgile

On s’équipe d’outils collaboratifs

Oui bien sûr, aujourd’hui encore plus avec le confinement et le télétravail, on a démontré que le mode distribué était possible. Mais cela demande aux organisations d’être équipées d’outils de collaboration à distance. Un produit comme Tuleap est déjà une base solide, qu’on pourra compléter par des produits de virtualisation de bureau, de whiteboard et autres.

Laurence Hanot coach agile
Laurence HANOT, coach agile chez Zenika

On intensifie les échanges grâce aux outils

L’agilité à l’échelle avec des équipes distribuées restera toujours moins simple à mettre en place qu’avec des équipes co-localisées. Le facteur humain est essentiel dans l’agilité : on a tous un jour expérimenté le fait de travailler avec quelqu’un à distance (y compris dans le couloir ou le service d’à côté) et de trouver cela compliqué.

« La méthode la plus simple et la plus efficace pour transmettre de l’information à l’équipe de développement et à l’intérieur de celle-ci est le dialogue en face à face. »

Manifeste Agile, 2001

Ce principe peut être vérifié dans tous les contextes, dans toutes les entreprises.

Néanmoins, lorsque l’on est face à un contexte international ou simplement des équipes distribuées sur plusieurs sites, la question reste entière. L’utilisation d’outils devient alors indispensable. Il faut distinguer 2 types d’outils :

  • Les outils de gestion de projet sont le plus souvent indispensables, surtout dans un contexte d’agilité à l’échelle, là où le management visuel ne suffit plus. De plus, la cohérence et la continuité dans le suivi des activités, depuis la gestion du backlog jusqu’au déploiement des stories en passant par toutes les bonnes pratiques de développement, de tests et d’intégration sont une réelle aide pour les équipes agiles. Un outil comme Tuleap peut très bien répondre à ces besoins ;
  • Les outils de collaboration pour élaborer, construire, partager des idées (Google Suite, Mural, Klaxoon, Miro…) qui ne remplaceront jamais l’efficacité d’une équipe travaillant ensemble dans une pièce avec un tableau blanc et des post-it mais qui sont aujourd’hui nécessaires.

En plus des outils, voici quelques tips supplémentaires :

  • De rencontrer régulièrement physiquement, même si ça coûte cher (on ne mesure pas ce que ça coûte de ne pas le faire mais je suis persuadée du ROI) ;
  • Allumer sa caméra lors des visios ;
  • Utiliser des outils de communication qui permettent d’échanger en petits groupes et en grand groupe (breakout rooms de Zoom, channels de Microsoft Teams) ;
  • Mettre en place des cafés virtuels (moments informels où on parle d’autre chose que du travail) ;
  • Mettre en place des rencontres virtuelles tirées au hasard entre tous les membres de l’organisation (Speakeasy) ;
  • Pour les évènements type kick-off, workshops, PI Plannings, journées agiles, des outils géniaux existent comme Remo (utilisé pour la conférence Agile en Ligne en Avril 2020) ou Sococo qui permettent de se croire (presque) au même endroit ;
  • Encourager les initiatives transverses type hackaton, communautés de pratiques, retours d’expérience croisés, journées agiles, etc.

Notons également que dans SAFe, le paramètre géographique est à prendre en compte dans la définition des Agile Release Trains. Enfin, au delà de la distribution géographique, le facteur culturel a également son importance dans une transformation agile : les cultures européennes, nord- américaines et asiatiques ne sont pas les mêmes et cela peut générer des freins, incompréhensions et tensions si on ne le prend pas en compte.

Laurent Charles
Laurent CHARLES, CEO et co-fondateur d’Enalean (Tuleap)

On favorise l’entraide entre les membres des équipes

Nous sommes globalement tous d’accord pour dire que la présence physique des personnes est préférable. Mais dans la réalité, il est rarissime que l’on puisse réunir tous les acteurs (quelques fois des centaines) dans un même lieu. L’outillage est de fait indispensable à l’échelle. Et pour donner quelques « tips » pour réussir avec des équipes distribuées :

  • Règle #1 : se voir, se montrer et montrer ce qu’on voit ; vidéo conférence, dashboards et backlogs numériques ;
  • Règle #2 : avoir confiance et se faire confiance ;
  • Règle #3 : s’entraider.

Mais ces points sont évidents n’est ce pas, nous parlons d’agilité, de culture agile.


Aller plus loin