Depuis quelques années déjà, les entreprises explorent et introduisent de nouvelles méthodes de gestion de projet pour mieux répondre à leurs besoins changeants, mais aussi régler des problématiques spécifiques liées à leur marché et leur environnement. Les méthodes agiles appliquées à la gestion de projet attirent alors de plus en plus d’organisations, de toute taille et de tout secteur. Les plus avant-gardistes d’entre elles ont déjà fait le pari de miser dessus, et les résultats positifs ne font que pousser les plus timides à se lancer. Mais à quoi ressemble concrètement les méthodes agiles ? Voyons cela ensemble.

team collaboration

Pourquoi dit-on que les méthodes agiles ont révolutionné le monde de la gestion de projet ?

Les méthodes agiles dans la gestion de projet reposent sur la flexibilité : les changements liés à l’environnement, aux décisions du client tels que les priorités changeantes, sont facilement absorbés et les équipes peuvent réagir rapidement. L’approche agile génère de la collaboration, communication et confiance entre les équipes, mais aussi et surtout avec le client, qui dispose d’une meilleure visibilité sur l’avancée du projet et peut ajuster le produit selon ses besoins.

La gestion de projet agile permet de gagner en efficacité, d’éviter les retards de livraison et les dépassements de budget. De plus, les équipes apprécient le travail en mode agile : elles sont au cœur de la prise de décision et sont plus autonomes.

C’est quoi, la gestion de projet agile ?

Face à des méthodes traditionnelles trop rigides, la pratique de l’agilité a permis d’intégrer plus de collaboration, d’adaptabilité et de flexibilité, répondant bien mieux aux problématiques VUCA (volatilité, incertitude, complexité, ambiguïté) liées aux marchés actuels. D’abord cantonnée au secteur IT, l’approche agile s’est étendue à différentes activités. Mais qu’est-ce donc, réellement, l’agilité en entreprise ?

Tout d’abord, l’agilité n’est pas une méthode, mais doit être envisagée comme un état d’esprit, une culture. Le Manifeste Agile, définition canonique rédigée en 2001, donne les 4 valeurs fondatrices de l’agilité :

  • les individus et leurs interactions plus que les processus et les outils,
  • des logiciels opérationnels plus qu’une documentation exhaustive,
  • la collaboration avec les clients plus que la négociation contractuelle,
  • l’adaptation au changement plus que le suivi d’un plan.

De ce fait, une entreprise agile se caractérise par sa capacité à s’adapter aux changements imprévisibles, tout en gardant le contrôle de sa stratégie. Basée sur la confiance et la remise en question permanente, l’agilité permet une meilleure maitrise des processus, une collaboration de toutes les équipes multi-disciplinaires et une solution personnalisée et concrète pour le client.

Les équipes agiles remettent en question régulièrement leur méthode de travail, afin d’être de plus en plus efficientes et productives, toujours dans le but de fournir la meilleure qualité possible au client.

Gestion de projet traditionnelle VS gestion de projet agile : quelles différences ?

De manière générale, on peut dire que la gestion de projet agile s’oppose totalement aux méthodologies traditionnelles : là où la gestion de projet traditionnelle se concentre sur la livraison d’un produit finit après l’exécution de l’ensemble des étapes pour y arriver, la gestion de projet agile préfère découper un projet en plusieurs étapes courtes. On parle d’une approche itérative.

Avec la gestion de projet agile, le client commence par définir ses attentes pour le projet final et reçoit assez rapidement un MVP (produit minimum viable), qui lui permet de répondre à son besoin. Il est ensuite impliqué tout au long du processus : grâce à de nouvelles livraisons régulières et incrémentales, il teste et apporte des modifications au produit. De cette façon, le projet correspond à 100% aux attentes du client.

Elles limitent, voir empêchent complètement, l’effet tunnel, souvent présent dans les méthodes traditionnelles : le client n’a aucune visibilité sur l’avancée du projet, qui échoue souvent par disparité entre produit souhaité et produit livré.

Le vrai et le faux de la gestion de projet agile

La gestion de projet agile est…

  • synonyme de satisfaction client et de qualité

Le produit étant livré petit à petit par petite itération incrémentale, le produit final est de meilleure qualité et répond aux besoins du client,

  • génératrice de transparence et d’implication

L’approche agile requiert une transparence entre les parties et vis-à-vis du client, qui se sent et doit être impliqué dans le processus de conception du produit.

  • possible pour tous les projets

Bien que l’agilité soit issue de problématiques rencontrées par le développement logiciel, non, l’approche agile n’est pas réservée aux équipes techniques ou de devs. L’agile est possible pour tous, dès lors d’un produit quel qu’il soit, doit être développé : elle contribue à une meilleure organisation et production.

La gestion de projet agile n’est pas…

  • une méthode définie et figée

L’agilité, par essence, doit permettre aux équipes de disposer des techniques et outils leur permettant d’être le plus efficace et productif. Ainsi, elles doivent choisir et adapter les méthodes afin qu’elles correspondent à l’équipe (et non l’inverse).

L’agilité ne se résume pas à Scrum, il existe d’autres méthodes et frameworks agiles tels que Kanban, Extreme Programming, Feature-Driven Development… qui peuvent correspondre à vos équipes,

  • concurrente des méthodes traditionnelles

Les approches de gestion de projet agile et traditionnelles ne sont pas concurrentes : au contraire, elles peuvent toutes deux se compléter, pour permettre un modèle hybride alliant les ressources utiles à l’organisation. Vous trouverez ici 10 méthodes de gestion de projet – traditionnelles et agiles, pour en savoir plus.

Aller plus loin