Tuleap propose un large éventail d’outils Open Source, dont l’un est dédié au suivi de tickets, en vert dans la rosace ci-dessous. L ‘outil Tuleap permet aux équipes de suivre tous types d’incidents ou d’activités, et de créer des rapports sous forme de graphiques ou tableaux. Pour bien comprendre les notions clés de cet outil de gestion de tickets, lisez plutôt.

L’outil de gestion de tickets de Tuleap, c’est quoi ?

Outil de ticketing, bug tracker, système de tracking, vous rencontrerez de nombreux termes pour parler de ce module Tuleap : le plus puissant des outils de suivi du marché . Et en plus, il est open source, chanceux !

Tuleap Tracking est conçu pour:

  • Avoir une interface commune et simple qui centralise les informations
  • Fournir une base de données interrogeable que votre équipe pourra consulter à l’avenir
  • Automatiser les tâches manuelles associées aux tickets et à la mise à jour des problèmes
  • Piloter les tickets et les affecter aux membres de l’équipe
  • Suivre les tickets pour conserver l’historique des demandes clients 

Qui peut utiliser l’outil de suivi de tickets Tuleap et pour faire quoi ?

Parce qu’il est hautement configurable, l’outil de suivi de tickets Tuleap convient à un large éventail d’utilisateurs et à différents types de problèmes :

Qui ?Pour quels cas d’usage
Développeurs de logiciels
Chefs de projet
Scrum Masters
– Gestion des tâches et des produits
– Suivi des bugs
– Gestion de projet
– Développement de logiciels
– Développement de logiciels Agile
DSI/ Équipe informatique/
Help Desk
– Assistance à la création de tickets
– Gestion des anomalies, des problèmes
– Suivi des changements
– Centre d’assistance informatique
– ITSM
– Support client
Assurance Qualité– Gestion des processus
– Processus de validation
– Gestion des tests

Toute personne ayant besoin de suivre un élément du projet peut utiliser l’outil de tracking Tuleap. Comme on peut le voir chez nos clients, beaucoup de services utilisent cet outil, et pas que seulement l’IT ! Voici une liste (non exhaustive) des différents usages que peuvent faire d’autres services de l’entreprise avec l’outil de suivi Tuleap.

Qui ?Quels tickets suivre
Achats et comptabilitéContrats, factures
MarketingTâches, événements, campagnes
Ressources humainesEmployés, formations
Ventes/commerciauxLeads, contrats, opportunités

Issue, artefact, tickets, incident : quelle différence ?

Vous rencontrerez de nombreux termes qui désignent généralement la même chose : ticket, artefact ou « issue » en anglais, font tous référence à un « élément que l’on souhaite tracer », suivre son évolution, ses changements car il va évoluer constamment au cours du projet. 
Les tickets peuvent donc porter plusieurs noms différents : ce qu’une équipe appelle un « bug », d’autres équipes peuvent l’appeler « un problème, une erreur, un défaut, une anomalie, une faute, un problème ou un incident ».

À l’origine, les outils de suivi ou les trackers étaient principalement utilisés pour surveiller les bugs. C’est pourquoi les termes hérités peuvent avoir une connotation quelque peu négative. Cependant, la nouvelle génération d’outils, dont l’outil de gestion des tickets de Tuleap, offre une variété de fonctionnalités qui permettent aux utilisateurs de configurer les éléments qu’ils souhaitent suivre. Avec Tuleap par exemple, vous pouvez gérer tout ce que vous voulez.

Concepts clés pour la gestion de projet et le suivi des tickets

Pour comprendre ce qu’est véritablement l’outil de suivi de Tuleap, il est important de comprendre l’environnement dans lequel il évolue. Voici les concepts de base dans Tuleap :

  • Une instance Tuleap : (l’armoire orange dans l’illustration) . C’est un serveur sur lequel est hébergée une plateforme Tuleap. Une plateforme peut héberger des dizaines, des centaines des milliers de projets.
  • Un projet Tuleap : (une étagère rouge dans l’illustration) l’environnement de travail des équipes de développement logiciel, composé de plus ou moins beaucoup de modules.
  • Tuleap Tracking, l’outil de suivi de ticket : un des outils de Tuleap que l’on peut activer dans les projets. Dans un même projet, vous pouvez avoir un ou plusieurs trackers, pour suivre différents éléments. Ces trackers sont des outils centraux et extrêmement puissant qui savent s’adapter exactement aux besoins des équipes et à leur façon de travailler.
  • Un tracker Tuleap : (chaque classeur vert dans l’illustration) c’est un outil de ticketing qui permet de suivre un type d’élément du projet. Chaque tracker a ses propres caractéristiques : ses propres champs, son propre workflow, ses propres permissions… Un tracker est donc la somme de tous les artefacts relatifs à cet élément. Un projet peut avoir par exemple, un tracker de tâches, un tracker de bug et un tracker de demandes. Un autre projet, pourra avoir un tracker de users stories et un tracker d’anomalies.
    Ce qui est très intéressant dans Tuleap, c’est que chaque administrateur d’un projet, peut créer autant de tracker qu’il le souhaite pour son projet et les ajuster en toute autonomie.
  • Un artefact : (chaque fiche bleue dans l’illustration) Il s’agit d’un d’un élément suivi: un bug, une requête, une tâche…
  • Un flux de travail (workflow) : un flux de travail Tuleap est la séquence de statuts et de transitions qu’un artefact traverse au cours de son cycle de vie. Avec Tuleap, la séquence des étapes d’un ‘workflow’ peut être automatisée pour gagner du temps et faciliter les transitions. Chaque tracker peut avoir un workflow spécifique.
  • Traçabilité : l’une des capacités les plus puissantes du système de ticketing Tuleap est de fournir un suivi complet de tous les éléments de travail pendant l’ensemble du cycle de vie du développement logiciel. La traçabilité implique la définition d’exigences, la capture de ces exigences et le suivi des liens entre les exigences et d’autres artefacts tels que les tâches, les tests et les défauts ainsi que d’autres éléments de travail comme le code source, les documents ou les livraisons.

Exemples de trackers dans un même projet

Dans ce projet Tuleap, il y a 6 trackers différents. Ils sont configurés de façon différentes et permettent de gérer de façon distincte un « epic », d’un « bug ». Chaque tracker a un nombre d’artefact différent. Il y a 10 bugs au total, dont 8 ouverts par exemple.

Plusieurs trackers dans un projet Tuleap

Exemple d’artefact

En fonction des trackers auxquels ils appartiennent, les artefact peuvent avoir des champs et des présentations différentes.

Exemple d’un artefact de type de bug

Champs couramment utilisés dans les tickets

  • ID : numéro d’identification unique du problème. Deux problèmes ne peuvent pas avoir le même ID dans une seule instance Tuleap.
  • Date de création : la date à laquelle l’incident a été créé.
  • Dernière modification : la date du dernier changement.
  • Description ou Sommaire : un court résumé de l’incident.
  • Assigné : la personne ou groupe de personnes en charge de l’incident.
  • Permissions : personnes qui possèdent les droits sur l’incident, pour le lire ou le modifier.
  • Références : autre incident ou élément d’un projet (document, code source, test…) lié à cet incident.
  • Fichier joint : une capture d’écran ou tout autre fichier dont l’objet est de fournir des informations complémentaires sur l’incident.
  • Commentaires : là où tous les changements/modifications sont sauvegardés. C’est l’historique complet de l’incident. Vous pouvez y retrouver chaque élément de l’incident ayant été ajouté, supprimé, modifié, par qui et quand.

Les types de champs de l’outil de suivi

Nous verrons dans un autre tutoriel comment personnaliser chaque outil de ticketing, déplacer des champs existants, en ajouter de nouveaux, supprimer les anciens et plus encore. Mais d’abord, regardons les champs les plus courants qui peuvent être suivis :

  • Chaine de caractère : un texte sur une ligne, tel que RDT 45! Les tâches ou résumés par défaut en sont des exemples.
  • Texte : peut contenir tout type de texte, par exemple l’explication d’un incident.
  • Liste de choix ou Liste à choix multiple : permet aux utilisateurs de sélectionner une ou plusieurs entrées dans une liste de choix prédéfinis, au lieu de les saisir manuellement.
  • Date : un champ avec un calendrier pour indiquer une date généralement au format AAAA-MM-JJ. Donc, 2013-03-21 est le 21 mars 2013, 2014-12-05 est le 5 décembre 2014.
  • Entier : accepte des valeurs positives ou négatives mais pas des décimales. Par exemple : 5
  • Flottant : peut contenir n’importe quel nombre réel, y compris des fractions et des valeurs négatives telles que 789,65 ou -4,56

Prochaines étapes

Voici les bases dont vous avez besoin pour démarrer votre gestion de suivi de tickets avec Tuleap. Pour aller plus loin, jeter un coup d’oeil à la documentation sur les trackers open source Tuleap ou inscrivez-vous aux webinaires en ligne.

vulputate, commodo velit, ipsum dolor. quis, mattis porta. libero felis Donec